Vous avez des questions ?

Nous avons réponse à tout.

Foire aux questions

Généralités

Comment bien préparer le premier RDV ?


Le premier rendez-vous a pour objectif de faire connaissance, et de présenter votre projet. Pour le préparer au mieux, il faut que vous sachiez ce que vous attendez de moi. Faites-vous une liste de toutes les interrogations que vous avez, vis à vis de moi ou de votre projet. Enfin, tous les documents tels que plans, diagnostics, règlement du Plan Local d'Urbanisme, photos de l'environnement existant, indication de la parcelle ont trait à votre bien sont les bienvenus.




Est-il possible de se rencontrer ?


Bien sur! Si vous avez des questions, si vous n’êtes pas certain de ce que vous devez ou pouvez faire, je me tiens à votre disposition pour que nous discutions ensemble. Vous pouvez me contacter via le formulaire de contact du site, et je reviendrai vers vous au plus vite.




Dans quelles villes intervenez-vous ?


Nos bureaux sont à Toulouse. Nous pouvons nous déplacer l’ensemble de la région. Éventuellement, je peux étudier avec vous la possibilité de travailler sur des phases de conception pour un projet plus éloigné. Cependant, je ne préfère pas m’engager sur un suivi de chantier trop éloigné, n’étant pas en mesure de vous garantir la disponibilité et la réactivité indispensable à sa bonne réussite.




Quelles sont les garanties de l’architecte ?


L’architecte a une assurance professionnelle décennale. Il a également des obligations déontologiques, comme le devoir de conseil. A partir du moment où plus de deux entreprises interviennent simultanément sur votre chantier, vous avez l’obligation de faire appel à coordinateur en matière de sécurité et de protection de la santé. Il doit entre autres s’assurer que chaque intervenant met toutes les protections nécessaires pour que son activité n’entraîne aucun risque pour les autres. Dans le cas où un architecte suit votre chantier, et qu’il n’y a pas de coordinateur spécifique, c’est l’architecte, de fait, qui aura cette mission à sa charge.




Quelle est la différence entre un architecte et un architecte d’intérieur ?


La profession d’architecte est réglementée. Pour porter ce titre, l’architecte doit être diplômé, assuré, et inscrit au tableau de l’Ordre des architectes. L’architecte d’intérieur n’a pas une profession réglementée. C’est cependant un professionnel assuré pour les missions qui lui sont confiées. L’architecte a une vision d’ensemble, il conçoit le bâtiment dans sa dimension esthétique, mais aussi technique et structurelle. Il est également en mesure de vous accompagner sur des projets de grande échelle et de grande complexité, comme des bâtiments recevant du public. Il est également obligatoire pour concevoir un projet soumis à permis de construire d’une surface de plus de 150 m². Tout comme l’architecte, l’architecte d’intérieur vous accompagnera pour composer des espaces à l’intérieur d’un volume donné. Il travaillera le cloisonnement, les matériaux, avec tout ce qu’une recomposition des espaces intérieurs peut entraîner, sur les réseaux notamment. Finalement, chacun peut vous accompagner jusqu’au détail de la poignée de porte, mais seul l’architecte pourra le faire dès les fondations, avec un savoir-faire propre à sa profession !




Quels sont les services fournis par les architectes ?


Votre architecte a une vision globale et transversale. Il récolte toutes les informations nécessaires, et compose avec pour mener à bien votre projet. Ses connaissances techniques, sa vision de la conception, sa formation en continue lui offrent un savoir-faire en constante évolution, pour vous proposer les meilleures solutions possibles. Sur le chantier, l’architecte coordonne l’ensemble des intervenants, pour que chacun et chaque chose soit à sa place au moment où il le faut, pour un bon déroulement, et un respect des délais. En cas de problème rencontré sur le chantier, il travaillera avec les artisans pour trouver une solution qui ne porte préjudice à personne et qui n’aille pas à l’encontre de la finalité du projet.




Les architectes n’ont-ils pas un coût substantiel pour un projet ?


L’architecte est un entrepreneur. Comme votre maçon ou votre électricien, son intervention aura nécessairement un coût. Mais l’architecte vous garantit une maîtrise du budget. D’abord par des estimations claires dès les phases de conception, et ensuite par la réalisation d’un dossier de consultation précis pour les entreprises. De cette façon, il ne doit pas y avoir de surprise financière en cours de chantier. En travaillant avec un architecte, vous avez également un planning précis: vous savez combien de temps vont durer les études et le chantier. Vous pouvez anticiper, planifier vos préavis, locations, déménagement, et limiter le coût d’un relogement.




Comment les architectes sont-ils rémunérés ?


Un architecte est rémunéré selon la mission qui lui est confiée. Son offre peut être basée sur un prix forfaitaire, sur un calcul au temps passé, ou sur un pourcentage du montant des travaux. En fonction de l’étendue de sa mission, de la complexité du projet ou des contraintes spécifiques, il vous présentera l’offre la plus adaptée.




A quel moment de mon projet devrais-je impliquer un architecte ?


L’idéal est de faire appel à un architecte dès que vous commencez à planifier votre projet. De cette façon vous êtes accompagné dès les premiers instants pour partir sur les bons rails. L’architecte vous aidera à éviter des solutions coûteuses ou techniquement compliquées. Mais si vous avez commencé à avancer dans votre projet et que vous vous sentez dépassé, il n’est pas non plus trop tard: l’architecte peut vous aider à remettre les choses à plat, pour repartir sur des bases solides.




Comment trouver le bon architecte pour mon projet ?


Votre collaboration avec un architecte est avant tout une relation de confiance. Vous lui confiez un projet de vie, et il va devoir comprendre votre mode de vie pour y adapter votre projet au mieux. La première rencontre est l’occasion de vous faire une idée, de savoir si vous vous sentez à l’aise ou non. Discutez également autour de vous, pour pouvoir vous faire recommander quelqu’un qui a déjà obtenu la confiance de vos proches. Enfin, n’hésitez pas à poser des questions pour vous assurer que votre architecte est en mesure de répondre à vos attentes, que ce soit pour un aspect technique, ou bien pour s’assurer de sa disponibilité pour réaliser votre projet dans vos délais.




Quelle est l'origine du mot architecture ?


Le terme architecture (en latin architectura), est issu du grec ἀρχιτέκτων de ἀρχός/ή (« commander») et τέκτων (« ouvrier, charpentier») ; l'architecture désigne donc la notion de commander aux ouvriers; et l'architecte, celui qui les commande (avec ou sans dessins établis).




Pouvez-vous gérer le projet de A à Z ?


Nous avons pour principe de gérer le projet dans son intégralité, car c’est la seule manière de réussir.





Conception

Nous avons un budget serré, pouvons-nous quand même envisager un projet ensemble ?


Oui, nous nous adaptons à votre budget ! Vous disposez de 100 000 €, nous élaborons votre projet en choisissant ensemble les solutions les mieux adaptées. Dans notre prix sont contenus honoraires d’architectes, démarches administratives, travaux et coût des assurances (cautionnement et dommage ouvrage).




Quel est mon rôle dans le processus de conception ?


Vous êtes un acteur à part entière de votre projet. En phase de conception, nous serons amenés à nous rencontrer de nombreuses fois, pour que vous n’en soyez jamais dépossédé, et pour que vous ayez une pleine maîtrise du dossier, et des décisions que vous prenez. Votre rôle est déterminant et constant: en donnant votre avis, en posant des questions, vous enrichissez le projet, et nous nous rapprochons chaque fois plus de votre idéal.




Quels sont les délais de réalisation des différentes phases d'un projet ?


Avant le début d'un chantier de taille et de complexité moyenne, sachez qu'il faut bien attendre au minimum trois mois d'études. Ensuite, la réalisation peut s'étaler sur de longues périodes. C'est pourquoi la durée d'un projet est très variable.




Pouvez-vous me garantir l’obtention du permis de construire ?


Une autorisation d’urbanisme, permis de construire, déclaration de travaux ou autre, nécessite de monter un dossier spécifique, répondant à des textes précis. Mon travail consiste à concevoir un projet qui entre dans ce cadre. Je mettrais tout en œuvre pour la validation de votre dossier, et je peux notamment être amenée à rencontrer les services instructeurs avant le dépôt si nécessaire. Néanmoins, je ne peux pas vous garantir l’obtention du permis de construire.




Que se passe t-il si la faisabilité ne me convient pas ?


La faisabilité a pour objectif de définir les grandes lignes de votre projet. Il s’agit justement de s’assurer que nous sommes sur la bonne voie. Si elle ne vous plait pas, pas d'inquiétude, la première chose à faire est de le dire ! Nous prendrons le temps de discuter ensemble pour comprendre ce qui ne convient pas et pourquoi.




Qui est le premier architecte du monde ?


Imhotep, le premier architecte connu.




Est-ce que vous pouvez intervenir pour la conformité en matière de réglementation accessibilité et sécurité ?


Oui, nous le pouvons . Les établissements recevant du public sont des lieux où les normes de sécurité et d'accessibilité sont très spécifiques. Le délai d’instruction de la demande d’autorisation de travaux est de maximum cinq mois à compter du récépissé de dépôt d’un dossier complet.




Je souhaite faire valider par un architecte le(s) plan(s) de mon projet / mon dossier de Permis de Construire que j'ai réalisé moi-même avant de le déposer en Mairie pour son instruction, est-ce possible?


Le code de déontologie des architectes lui interdit de signer des plans qu'il n'a pas réalisés. Une signature de complaisance est ainsi passible de radiation de l'ordre des architectes, c'est à dire qu'il pourrait perdre son droit d'exercer sa profession. En revanche, l’architecte peut étudier le dossier et modifier ou compléter toute information du projet afin qu’il puisse être déposé en Mairie pour son instruction.




J'ai un projet de rénovation et souhaite également que vous puissiez dessiner une bibliothèque sur mesure. Est-ce possible ?


Oui. Il est évidemment toujours plus intéressant de concevoir un projet dans sa globalité. Nous pouvons concevoir, dessiner et faire fabriquer tout élément d’agencement qui viendra du coup s’intégrer parfaitement à l’intérieur que nous aurons conçu ensemble. Nous concevons du mobiliers sur mesure. Si vous recherchez un objet original, unique et décalé, laissez-vous tenter !




Je suis en train d'acheter un bien (maison, restaurant, local…) et j'ai besoin d'être rassuré dans mon choix, pouvez-vous m'aider ?


Tout à fait. Nous nous voyons sur place et évaluons ensemble le potentiel des lieux avant de vous engager.




Dois-je m’occuper de toutes les formalités administratives ?


Pour toute démarche de construction ou de rénovation des démarches administratives auprès de la mairie sont à réaliser. Mon rôle est également de gérer l’aspect administratif de votre projet, vous devrez seulement intervenir pour la signature des documents.




Pouvez-vous réaliser un relevé de l’état des lieux ?


Cette mission n’entre pas dans le cadre de la mission de base Architecte. Vous avez également la possibilité de la faire exécuter ou bien directement par vous, en utilisant des logiciels gratuits tels que MagicPlan ou CamtoPlan qui sont capables de donner les mesures de chaque mur et d'établir un plan des pièces Cette mission comprend le relevé des existants bâtis ainsi que la saisie informatique au format DWG.





Chantier

Faites-vous le suivi de chantier ?


Je peux vous accompagner uniquement pour un parti de la conception de votre projet, mais je peux aussi le suivre de bout en bout, jusqu’à la remise des clés. Le chantier est une phase importante, et toujours très enrichissante, tant professionnellement qu’humainement. Il est primordial pour moi d’avoir régulièrement des chantiers à suivre, pour continuer à découvrir et à m’améliorer. Ce sera donc toujours un plaisir pour moi d’assurer les suivis de chantier des projets que je conçois. Par contre, je n’assure pas le suivi de chantier d’un projet que je n’ai pas conçu: il faut que je maîtrise la cohérence technique et financière d’un projet pour le mener à bien, ce qui n’est pas envisageable si je n’en ai pas maîtrisé la conception.




Suis-je obligé d'utiliser vos artisans ?


Un architecte n’a pas de partenariat contractuel avec des artisans. Je peux vous proposer des entreprises avec lesquelles j’ai l’habitude de travailler en confiance, mais il n’y a aucune obligation. Vous pouvez souhaiter travailler avec quelqu’un que vous connaissez, ou bien pour une raison ou une autre vous ne souhaitez pas travailler avec une entreprise que je vous propose de consulter, et vous en avez parfaitement le droit. C’est votre projet, et c’est vous qui signez un contrat avec les entreprises. Je suis là pour vous accompagner dans le choix des entreprises, en fonction de leur capacité technique et de leur proposition financière.




Est-il possible que je réalise une partie des travaux pour baisser les coûts ?


Ce projet est le vôtre, dans sa conception mais aussi sa réalisation. Vous êtes maître du choix des entreprises et des prestations. Si vous avez besoin de trouver des pistes d’économies, nous les trouverons ensemble. Et si cette solution est que vous fassiez une partie des travaux, nous ajusterons les plannings et les dossiers de consultation des entreprises si nécessaire, pour que votre chantier se passe dans les meilleures conditions possibles, pour vous comme pour les artisans.




J'ai un ami artisan qui réalisera une partie du chantier, est-ce possible ?


Vous êtes le maître d’ouvrage, et à ce titre, c’est vous qui décidez qui travaille pour vous, et sur votre chantier. Il est donc tout à fait possible de faire travailler votre ami artisan. Je vérifierai que son entreprise présente toutes les garanties nécessaires, comme les attestations d’assurances, et qu’il est en capacité de répondre à votre demande: il serait dommage de perdre un ami et de gâcher le plaisir de la concrétisation de votre projet, parce que le chantier n’était pas adapté à votre collaboration! Si votre ami électricien travaille seul, et que le plaquiste prévoit une équipe de trois personnes, il faudra ajuster l’organisation du chantier, peut être le planning, pour que chacun avance à un rythme correct, et en bonne entente.




Suis-je autorisé à aller sur mon chantier ?


Bien sûr et dès le démarrage. Transparence : dès que les menuiseries extérieures sont posées, nous vous remettons une clé pour visiter votre chantier quand vous voulez et avec qui vous voulez. De plus, elle vous permet de réaliser certains travaux que vous vous réservez avant la réception de la maison.




Pouvez -vous me garantir les délais de construction ?


La consultation des entreprises s’accompagne d’un planning prévisionnel. De cette façon, les entreprises qui répondent savent qu’elles s’engagent sur des délais d’intervention donnés. Au démarrage de chantier, le planning est affiné avec l’ensemble des intervenants, en fonction des délais de livraisons, des équipes disponibles et autre. Je suis garante du bon déroulement du chantier, dans les délais impartis. Je m’engage donc sur les délais de construction, et je me dois de tout mettre en œuvre pour respecter vos contraintes et vos attentes.




Est-il possible d'habiter le bien pendant sa rénovation ?


La réponse à cette question très fréquente dépend avant tout de la nature des travaux effectués. Si votre projet de rénovation implique que des entrepreneurs soient présents sur place du lundi au vendredi, il vous sera difficile de conserver votre intimité. De plus, si vous avez prévu une modification profonde de la structure de la maison, vous aurez du mal à trouver un espace vital dans lequel vous ne serez pas dérangé. Si vous avez des enfants, notamment en bas âge, il est préférable de déménager temporairement pour éviter de les perturber en les exposant au bruit, à la poussière, à l’absence de confort minimum… Dans tous les cas, le plus simple est de demander directement l’avis d’un architecte pour vérifier s’il est envisageable de rester chez vous durant toute la durée des travaux ou si vous devez solliciter vos amis ou votre famille pour vous héberger.




Quelle est la fréquence de vos visites du chantier pendant les travaux ?


Le contrat mentionne une visite par semaine, mais nous y sommes plus souvent la plupart du temps. Nous avons un contact journalier avec les entreprises et les sous-traitants, ils nous contactent régulièrement pour des solutions afin d’éviter l’arrêt des travaux.




Pouvez-vous me garantir les délais de construction ?


En dehors de toute défaillance d’une entreprise et/ou modification du programme et enfin sauf intempéries, je peux vous garantir la livraison de votre projet de construction dans les délais actés.




Qu'est ce que le gros-oeuvre ?


Les travaux de gros œuvre s’attaquent à la structure même de la maison ou de l’immeuble. Au départ, ce sont les travaux de terrassement qui lancent le chantier. Il s’agit notamment de sonder le type de sol, sa nature, son hydrologie, puis son nivellement.




Qu’est-ce qu’une étude thermique ?


Une étude thermique est une analyse du niveau de la performance énergétique de votre projet de construction.
L’étude thermique est donc effectuée à partir des plans de votre construction, car ils permettent d’avoir une idée précise de la configuration des parois, des surfaces et des apports solaires.




Qu'est-ce que le second-oeuvre ?


Le second œuvre intervient sur la partie habitable et décorative du lieu. Ce sont les aménagements intérieurs qui démarrent par l’isolation acoustique et thermique, afin d’obtenir un confort de vie et de réduire les déperditions énergétiques.





Abécédaire du bâtiment.

Vous pourrez frimer en soirée.

Foire aux questions

A

Architecte des Bâtiments de France - ABF


Agent de l’Etat qui relève du Ministère de l’Equipement et du Logement, il a pour mission de veiller à l’application des législations sur l’architecture, les sites, les monuments historiques et leurs abords ; de déterminer et diriger les travaux d’entretien et de réparation à exécuter sur les immeubles classés.




Acompte


Paiement partiel en contrepartie d’une tranche de services déjà exécutée.




Assistance aux Opérations de Réception - AOR


Opération où l'architecte assiste le Maître d’ouvrage à la réception des travaux. Il dresse et vise le Procès-Verbal de réception et constate, selon volonté du Maître d’ouvrage, si les éventuelles réserves peuvent être levées ou doivent entraîner une réfection ou un abattement pécuniaire.




Avant-projet - AVP


Correspond à la composition générale de l’ouvrage en plan et en volume. L'architecte étabit des documents, en principe un plan masse, une esquisse des plans et des vues extérieures, une évaluation globale indicative et, s’il y a lieu, les indications complémentaires nécessaires pour la poursuite des études.




Assurance décénnale


Tout constructeur ( entrepreneur, promoteur immobilier, lotisseur, maître d'œuvre, architecte, technicien, bureau d'étude, ingénieur-conseil) impliqué dans la construction d'un ouvrage neuf ou existant, ou tout prestataire lié au maître d'ouvrage par un contrat de louage d'ouvrage, est soumis à un régime de responsabilité décennale. Le professionnel engage sa responsabilité pendant 10 ans, en cas de dommage, à l'égard du futur propriétaire, mais aussi à l'égard des acquéreurs successifs en cas de revente de l'ouvrage. L'assurance de responsabilité civile décennale, également appelée garantie décennale, garantit la réparation des dommages qui se produisent après la réception des travaux (fin officielle du chantier), sans attendre une décision de justice.




Assurance dommages-ouvrage


Toute personne qui fait réaliser des travaux de construction par une entreprise doit souscrire une assurance dommages-ouvrage. Cette assurance permet en cas de sinistre d'être remboursé rapidement de la totalité des travaux de réparation des dommages couverts par la garantie décennale, sans attendre qu'intervienne une décision de justice.




Avenant - AV


Accord modifiant une convention, en l’adaptant ou en la complétant par de nouvelles clauses.




Allège


Partie du mur (intérieur ou extérieur) située entre le plancher et l'appui de fenêtre. ... C'est également un petit mur d'appui sous la fenêtre servant aussi de décoration à une pièce.




Annexe


Construction secondaire, de dimensions réduites et inférieures à la construction principale, qui apporte un complément aux fonctionnalités de la construction principale. Elle doit être implantée selon un éloignement restreint entre les deux constructions afin de marquer un lien d’usage. Elle peut être accolée ou non à la construction principale avec qui elle entretient un lien fonctionnel, sans disposer d’accès direct depuis la construction principale.




Acier


Alliage de fer et de carbone auquel un traitement mécanique ou thermique donne des propriétés particulières. Par exemple : il devient acier inoxydable avec du nickel et du chrome, résistant à l’usure avec du manganèse. Il est galvanisé par immersion dans un bain de zinc en fusion.




Acrotère


Dans l’Antiquité, socle placé sur un fronton et servant de support à une statue ou à tout autre ornement. En architecture classique, muret en maçonnerie pleine d’une balustrade. En architecture moderne, rebords ou garde-corps, pleins ou à claire-voie, en périphérie d’une toiture ou d’une terrasse.




Aluminium


Métal blanc, léger, malléable, peu oxydable souvent utilisé dans la construction.




Appartement


Partie de maison ou d’immeuble comprenant une ou plusieurs pièces destinées à l’habitation.




Appui de fenêtre


Elément de maçonnerie préfabriqué ou coulé en place destiné à supporter la traverse basse du dormant de la menuiserie tout en évacuant l’eau de la baie à l’extérieur sans ruisseler sur la façade.




Architecte


Professionnel diplômé d’une école d’architecture et inscrit au tableau de l’Ordre des architectes de la région dans laquelle il est installé quand il exerce en tant que tel. “L’architecte est celui qui, maître en l’art de bâtir, conçoit et anime les lieux où passe et séjourne l’homme”. Cette définition, acceptée par l’Union Internationale des Architectes en 1947 à Amsterdam est toujours d’actualité. Il conçoit pour le compte d’un tiers des espaces de toute nature ou leur transformation, sur le plan technique, fonctionnel et esthétique, puis il dirige les travaux nécessaires à leur réalisation.




Architecte d’intérieur


Professionnel diplômé qui conçoit l’agencement et le décor intérieur d’une habitation, d’un lieu public. Cette désignation n’implique pas que ce professionnel soit architecte.




Ardoise


Roche schisteuse, gris bleuté, dont, par abattage puis sciages successifs, on tire des plaques plates, les lauzes. À peu près aussi étanche que des feuilles métalliques, elle est utilisée pour les toitures de pente allant de 20 % à la verticale. Les ardoises sont posées à recouvrement dont la valeur varie selon la pente, la zone climatique, le mode de fixation. Des sols peuvent aussi être réalisés, de manière détournée, avec des ardoises destinées à la couverture.




Attique


Etage sommital d’un bâtiment et en retrait par rapport à l’étage inférieur.




Auvent


Elément en saillie d’un mur, souvent installé au-dessus d’une entrée, destiné à protéger de la pluie




Axonométrie


Dessin usuel d’architecture représentant une projection orthogonale en trois dimensions d’un édifice, permettant d’associer, dans un même dessin, des vues en plan, en coupe et en élévation : l’une de ces vues est représentée en géométral, c’est-à-dire que les valeurs des angles et les dimensions y sont conservées pour les autres, les dimensions sont respectées, mais les angles sont modifiés. L’objet représenté conserve donc ses dimensions relatives exactes sans tenir compte de la perspective.




Assainissement non collectif


Dispotif qui consiste à traiter des eaux usées domestiques sans utiliser le biais des égouts collectifs.





B

Baie


Désigne une ouverture pour le passage ou l’éclairage (porte, fenêtre, porte-fenêtre, lucarne, soupirail…), ménagée dans une partie construite et son encadrement. Lorsque deux (ou plusieurs) baies semblables sont groupées, on les appelle baies jumelées. Une baie libre n’est fermée d’aucune menuiserie ni remplage. La baie ébrasée est percée en ligne biaise, pour amener plus de jour à l’intérieur.




Baie ou porte coulissante


Est une large surface en verre qui comporte un châssis mobile et un châssis fixe ou bien deux châssis mobiles coulissant horizontalement et parallèlement dans le dormant.




Baie vitrée


Large surface en verre, apposée sur une construction avec laquelle elle fait corps. Une baie vitrée comporte un ou plusieurs panneaux assemblés afin d’ajouter volume et clarté




Bardage


Emploi de matériaux de couverture protecteurs pour recouvrir les murs extérieurs ou l’ossature d’un bâtiment. Le bardage est utilisé notamment dans le cas d’isolation par extérieur.




Balcon filant


Balcon continu d'un pignon à l'autre pouvant être soutenu par les refends intermédiaires.




Béton


Matériau composite de construction aux multiples usages. Association de gravillons, de sable, de ciment et d’eau, ce mélange est mis en œuvre, à l’état plastique, dans un moule appelé coffrage. Après durcissement, le béton se présente sous la forme d’un élément de construction monolithique très résistant.




Bow-window


Oriel dont la projection plane est un arc saillant hors de la façade




Brique


Matériau céramique préfabriqué, à base d’argile cuite, aux formes géométriques et calibrées. La brique est un des composants de base des parois verticales, depuis l’Antiquité, en particulier dans les régions dépourvues de pierre à bâtir. Leur forme est obtenue soit par moulage ou filage. Plusieurs types de brique existent, les pleines (parallélépipèdes rectangles à faces planes), les creuses (parallélépipèdes perforés au moins à 40 %).




Brise-soleil


Dispositif extérieur, en général fixe, installé en façade et destiné à limiter les effets du soleil. Il peut etre en métal ou béton filant en façade.




Bureau d’Etude Technique - BET


Fait partie de la maîtrise d’œuvre, au même titre que l’architecte, le paysagiste, le géomètre…




Badigeon


Désigne un lait de chaux (mélange de chaux et d’eau) généralement coloré que l’on applique sur un parement.




Balcon


Etroite plateforme à hauteur de plancher, formant une saillie en façade et fermée par un garde-corps*devant une ou plusieurs baies. En principe, le balcon n’est accessible que depuis l’intérieur du bâtiment.




Bois


Matière végétale des arbres, fibreuse et dense, très utilisée dans la construction, brute ou taillée, comme élément de structure (poteau, poutre, linteau, charpente et éléments de support de couverture, etc.), revêtement ou décoration (bardeau, clin, lambris, lattis, parquet, pergola, etc.), menuiserie (fenêtre, porte-fenêtre, volet, portail, etc.), mobilier…




Buanderie


Pièce technique, avec le chauffe-eau, les évacuations nécessaires aux machines à laver et aux sèche-linges, et le panier de linge de sale. Elle peut abriter un dressing, pièce réservée aux rangements des vêtements et des chaussures.




Bac acier


Forme améliorée de la tôle ondulée, le bac acier s'est en premier lieu imposé dans le domaine de la toiture légère. Stable mécaniquement, résistant aux chocs et à la corrosion, c'est un matériau économique et rapide à installer en raison des dimensions disponibles. Les tôles existent en 1 à 2 m de largeur courante et elles peuvent dépasser 10 m de longueur.




Bornage


Action qui consiste à délimiter un terrain pour fixer définitivement les parcelles de chacun. On place des piquets ou des pierres afin de repérer cette limite. Cette opération n'est pas obligatoire, mais elle est recommandée afin d'éviter tout litige avec ses voisins.





J

Joint de dilatation


Elément permettant d'atténuer le phénomène de changement de taille des matériaux qui survient avec les écarts de température et les effets du temps. Une construction peut être endommagée si des joints de dilatation n'ont pas été prévus.




Jalousie


Autrefois mode de fermeture de baie qui permettait de voir sans être vu (d’où son nom), aujourd’hui store à lames tel le store vénitien.





I

Insertion paysagère


Façon dont s’intégrera visuellement la future construction dans son environnement, qu’il s’agisse de la couleur de l’enduit, de la nature des volets et des menuiseries, de la couleur des tuiles, de la proportion des ouvertures, etc.




Imposte


Partie supérieure indépendante fixe ou ouvrante d’une porte (extérieure tout comme intérieure) ou d’une fenêtre. Elle permet souvent de laisser passer de la lumière. Quand elle est ouvrante et vitrée, elle est souvent appelée « vasistas ».




Isolation extérieure


Porte principalement sur l’isolation des murs extérieurs par un complément d’isolation comme le bardage ou l’ITE.




Isolation intérieure


Est le fait d'isoler dans la maison des combles, des murs et l’encadrement des menuiseries.




Isolation phonique


Est la capacité de l’isolant à emmagasiner le bruit venant de l’extérieur. C’est une des qualités de la laine de coton.




Isolation


Réduction d’un phénomène entre deux milieux distincts par l’interposition d’un matériau dont c’est la fonction principale.
Elle est thermique quand les techniques sont mises en œuvre pour limiter les déperditions calorifiques allant de l’intérieur des locaux chauffés vers l’extérieur et, en sens inverse, pour maintenir à l’intérieur des locaux une température agréable quand il fait chaud à l’extérieur.
Elle est acoustique quand les techniques sont utilisées pour limiter la propagation des sons.
Elle exige des matériaux particuliers (longtemps utilisés couramment, l’amiante et la laine de verre ou de roche sont désormais interdits).
Des isolants naturels et non toxiques sont fréquents aujourd’hui (bois, plumes, laines compactées, etc.).




Ilot central


Meuble individuel s'apparentant à un plan de travail de cuisine, situé au centre de la pièce. L'ilot central peut se présenter comme un simple comptoir de préparation ou être un bloc avec toutes les fonctions de cuisine comprises.





H

Habilitation à exercer la Maîtrise d’Ouvre en son Nom Propre - HMONP


Depuis 2007, désigne le titulaire d'un diplôme d'État en architecture doit obligatoirement obtenir cette habilitation avant de pouvoir s'inscrire à l'Ordre des architecte




Hydrofuge


Adjuvant qui améliore la résistance à l’eau et l’humidité d’un matériau ou d’un produit de finition.




Haute Qualité Environnementale - HQE


Application des principes du développement durable à la construction. La HQE s’appuie sur 14 points répartis en cibles : Cible 1 Éco-construction - Cible 2 Éco-gestion - Cible 3 confort - Cible 4 santé .




Huisserie


Partie fixe en bois ou en métal formant les piédroits et le linteau d’une porte dans une cloison ou un pan de bois. L’huisserie est une structure solidarisée à la maçonnerie, souvent cachée sous un enduit.




Hourdis


Maçonnerie de remplissage en brique, torchis, plâtre, etc., qui garnit un colombage, une armature en pans de bois. Aussi aujourd’hui : éléments de terre cuite, béton ou polystyrène, logé entre les solives ou les poutrelles d’un plancher.





G

Galandage


Partie qui permet l’effacement de l’ouvrant derrière une cloison.




Goutière


Canal partant de la base de l’égout d’un toit qui récupère les eaux pluviales dans le but de les stocker ou de les envoyer vers un autre canal.




Gros-oeuvre


Ensemble des travaux qui soutiennent l’édifice en construction et qui lui assurent à la fois sa stabilité et sa solidité. Le gros œuvre inclut non seulement les travaux portant sur la maison proprement dite (charpente, élévation des murs, toiture…) mais également ceux assurant la solidité de l’ouvrage par rapport au sol. Ceci inclut les travaux de soubassement, de terrassement, de fondations de la maison…




Gabion


Eléments préfabriqués de forme parallélépipédique, constitués de pierres entourées d’un grillage, utilisés pour la réalisation de soutènements, enrochements, clôtures, aménagements paysagers ou comme parements de façade.




Garde-corps


Ouvrage à hauteur d’appui formant protection devant un vide. Un garde-corps formé par une file de balustres (supports verticaux moulurés) posés sur un socle et portant un couronnement continu ou appui, s’appelle une balustrade. Lorsqu’il est constitué d’un mur plein, le garde-corps se nomme parapet.




Géomètre


Spécialiste dans le relevé de terrain qui en mesure sur place les dimensions, la pente, qui localise les arbres existants, les réseaux enterrés et qui en dresse un plan.




Giron


Dessus de la marche la surface sur laquelle on pose le pied.




Garantie de parfait achèvement


Pendant l'année qui suit la réception des travaux, le client bénéficie d'une garantie de parfait achèvement. Cette garantie impose à l'entreprise qui a réalisé les travaux de réparer tous

les désordres signalés au cours de l'année, quelles que soient leur importance et leur nature.





F

Fenêtre de toit


Dispositf spécialement conçues pour être aménagées sur les toits dont l'inclinaison ne permet pas la mise en place de fenêtres dites « classiques ».




Fermeture


Tout ouvrage de protection des baies et des ouvertures contre l’effraction ou la lumière extérieure : volets, persiennes, grilles de protection, rideaux de magasins, jalousies sont des fermetures par opposition aux portes et fenêtres elles mêmes, qui sont des ouvertures.




Faux-plancher


Sorte de plancher léger (non porteur) réalisé au-dessous d’un plancher ou d’une voûte pour réduire la hauteur d’une pièce le vide ménagé entre les deux éléments horizontaux se nomme plénum.




Faux-plafond


Dispositif, parallèle au plafond, destiné à réduire la hauteur sous plafond ou à dissimuler diverses gaines techniques dont souvent l’alimentation électrique de l’éclairage artificiel qui s’y trouve encastré. Couramment composé d’éléments légers préfabriqués carrés ou rectangulaires reposant sur des supports orthogonaux, il peut contribuer selon les matériaux utilisés —polystyrène, liège, etc.— à l’isolation phonique ou thermique de la pièce.




Forme de pente


Dalle en pente, chape de pente pour écouler les eaux.




Fouille


Excavation dans le sol pour le chantier des fondations.




Façade


Correspond à l’ensemble de ses parois extérieures hors toiture. Elle intègre tous les éléments structurels, tels que les baies, les bardages, les ouvertures, l’isolation extérieure et les éléments de modénature.




Fer


Métal gris, utilisé seul ou en alliage (fonte, acier) dans la construction (about de poutre, structures porteuses, poteaux, poutres, charpentes, menuiseries, béton armé, etc.).




Faîtage


Arête supérieure d’un toit. La pièce maîtresse de charpente posée sous le toit est appelée : panne faîtière. Dans les règlements d’urbanisme, la hauteur au faîtage des constructions est généralement réglementée.




Fenêtre


Est une baie ouverte dans un mur et son encadrement, le chambranle.
Elle sert à l’éclairage, à l’aération, à la vue. Elle se décompose en une partie fixe scellée au mur de manière étanche, le bâti ou dormant, et d’une partie mobile, vitrée, l’ouvrant.
La fenêtre est dite à la française, à l’anglaise, à l’italienne, à guillotine, coulissante, basculante, pivotante, selon son mode d’ouverture. Elle participe à l’esthétique d’une façade.




Ferme de toit


Désigne l'ensemble des pièces assemblées dans un plan vertical et transversal à la longueur du toit.La ferme la plus simple est un triangle isocèle composé d’un entrait, de deux arbalétriers et d’un poinçon, cadre rigide et indéformable.De petites pièces, droites ou courbes, appelées contrefiches, peuvent être placées obliquement sous les arbalétriers et portées sur le poinçon, permettant ainsi par triangulation de soulager l’arbalétrier.
La ferme est un des éléments de la charpente de toit.




Fermette


Petite ferme de toit en bois ou en métal, fabriquée industriellement.




Fermeture de baie


Ensemble des éléments fixes ou mobiles rapportés dans l’embrasure d’une baie pour réduire son ouverture, barrer l’accès ou empêcher le passage de l’air et de la lumière.




Flocage


Procédé qui consiste à projeter des fibres sur une surface pour lui donner l’aspect du velours (tissu, papiers floqués) ou une qualité particulière. Avant que l’amiante soit interdit, il était projeté sur des sous-faces de plancher comme isolant phonique et thermique bon marché.




Fondation


Terrassements et ouvrages donnant une assise stable à une construction. Leur fonction est de transmettre au sol naturel l’ensemble des charges de l’ouvrage construit. Une construction sans fondations est dite à cru.




Fourreau


Gaine (de métal, de plastique…) destinée à protéger des tuyaux, des câbles en particulier lors des franchissements de murs ou de cloisons.




Fileur


Pièce de finition ou d'ajustage qui permet de relier deux éléments sans rompre l'harmonie d'un ensemble. Il peut être plus généralement utilisé pour cacher des joints, des espaces vides ou des éléments peu esthétiques dans une installation. L'utilisation d'un fileur prend tout son sens dans le cas de la construction d'une cuisine aménagée. En effet, l'enjeu esthétique étant important et les découpes et les éléments de fixation étant nombreux, on fait souvent appel au fileur pour dissimuler ces traces de construction.




Fosse septique


Elément faisant partie d'une installation d'assainissement non collectif dans les milieux ruraux ne disposant pas d'un réseau d'égouts. Dans le cas où la fosse reçoit à la fois les eaux-vannes et les eaux ménagères, on parle de « fosse toutes eaux ».





E

Escalier


Construction formée de marches appelées degrés, qui permettent d'accéder à un étage supérieur. Le mot provient du latin scala, qui signifie échelle. Il en existe différentes formes, la plus connue étant l'escalier supporté par un mur d'échiffre (mur porteur), mais il existe également des escaliers autoporteurs qui ne nécessitent aucun support, et qui sont donc totalement indépendants. Fabriqué en différents matériaux, bois, béton ou métal, l'escalier peut être conçu et installé par un escaliéteur ou un charpentier escaliéteur dans le cas d'un ouvrage en bois.




Emprise au sol


Correspond à la projection verticale du volume de la construction, tous débords et surplombs inclus. Toutefois, les ornements tels que les éléments de modénature et les marquises sont exclus, ainsi que les débords de toiture lorsqu’ils ne sont pas soutenus par des poteaux ou des encorbellements.




Étage


Espace habitable délimité à l’intérieur d’un bâtiment par des divisions horizontales . Le rez-de-chaussée est un étage placé au ras du sol. Le sous-sol est un étage souterrain. L’étage noble est celui des pièces principales ou de l’appartement principal (dans les immeubles anciens, sa hauteur sous plafond est souvent plus grande que celle des autres étages). Le comble peut comprendre un ou plusieurs étages.




Échappée


Hauteur comprise entre une volée d'escalier et son couvrement. Si on ne veut pas se cogner la tête, il faut une échappée d'au moins 1,90 m.




Économiste de la construction


Spécialiste de l’étude et la maîtrise des coûts de la construction ainsi que de l’étude des coûts de fonctionnement de l’ouvrage futur.




Élément porteur


Eléments dits structurels, c’est-à-dire qui participent à la descente au sol des charges mécaniques.




Élévation


Dessin usuel d’architecture représentant une projection verticale placé parallèlement à une des faces d’un objet ou d’un bâtiment




Emmarchement


Ensemble formé de quelques marches très longues ou étendues sur le périmètre complet d’un soubassement, d’une terrasse, etc.




Encorbellement


Construction dont les étages, supportés par des corbeaux, sont en saillie par rapport à l’alignement en rez-de-chaussée. Cette forme de bâtiment a été fréquemment adoptée, faute de place, à l’intérieur des enceintes des villes fortifiées de l’époque médiévale.




Enduit


Mélange pâteux de plâtre, mortier, ciment, stuc, qu’on étend en couches minces sur une paroi de maçonnerie brute pour lui donner une surface uniforme décorative et la protéger des intempéries. Un enduit dit traditionnel est un mortier de chaux et de sable qui est constitué de trois couches : la première, le gobetis, peu épaisse et rugueuse, bouche les joints et les trous la deuxième, le corps d’enduit, recouvre la maçonnerie, on l’appelle aussi crépi la troisième est un enduit de finition qui constitue le parement.




Entrait


Pièce maîtresse horizontale d’une ferme de charpente, dans laquelle sont assemblés les pieds des arbalétriers ou des jambes de force.




Escalier de service


Escalier lorsqu’il est réservé à l’usage des domestiques




Escalier commun


Désigne un escalier qui dessert plusieurs appartements d’un même immeuble.




Escalier dérobé


Escalier lorsque sa présence est dissimulée.




Escalier intérieur


Escalier lorsqu’ils relient les étages d’un même logement ( duplex).




Espace habitable


Espace éclairé ayant au moins la hauteur d’un homme debout.




Extension


Agrandissement de la construction existante présentant des dimensions inférieures à celle-ci. L’extension peut être horizontale ou verticale (par surélévation, excavation ou agrandissement), et doit présenter un lien physique et fonctionnel avec la construction existante.




Etablissement Recevant du Public - ERP


Bâtiments dans lesquels des personnes extérieures sont admises. Peu importe que l'accès soit payant ou gratuit, libre, restreint ou sur invitation. Une entreprise non ouverte au public, mais seulement au personnel, n'est pas un ERP. Les ERP sont classés en catégories qui définissent les exigences réglementaires applicables (type d'autorisation de travaux ou règles de sécurité par exemple) en fonction des risques.




Échafaudage


Ouvrage provisoire, fixe ou mobile, destiné à porter les ouvriers et les matériaux pour la tâche à réaliser.




Entresol


Etage intermédiaire d'une habitation, situé au-dessus du rez-de-chaussée, et formant ainsi un espace aménageable de taille souvent réduite, qui fait la jonction entre le sol et le premier étage. De fait, sa particularité est de posséder un plafond assez bas.





D

Dossier de Consultation des Entreprise - DCE


Ensemble des éléments du projet nécessaires aux entrepreneurs pour apprécier la nature, la quantité, la qualité et les limites de leurs prestations et établir leurs offre.




Diplôme d’État - DE


Depuis 2007, il remplace le diplôme DPLG. Cette suppression n’est pas rétroactive : elle implique simplement qu’il n’y aura plus de nouveaux architectes DPLG dans le futur. Ce changement de dénomination fait suite à une réforme de l’enseignement de l’architecture, pour s’aligner sur le schéma européen LMD (Licence, Master, Doctorat).




Direction de l'Exécution des contrats de Travaux - DET


Mission qui consiste à s'assurer que les travaux sont réalisés en respectant les plans, les matériaux et les mises en œuvres règlementaires.




Dormant


Cadre fixe scellé dans la maçonnerie sur lequel sont montées les parties mobiles de la menuiserie à savoir les vantaux.




Diagnostic de Performance Energétique - DPE


Document officiel produit par une entreprise certifiée qui estime la tranche énergétique de l’habitat et permet de voir les priorités en termes de rénovation.




Drainage


Technique du bâtiment consistant à empêcher la stagnation de l'eau au pied des constructions. Afin de les protéger de l'humidité, il est important de poser un drain (un tuyau de plastique perforé) au fond des fondations, puis de recouvrir celui-ci ainsi que l'ensemble de la base de gravier et d'une membrane protectrice.




Dalle flottante


Ouvrage de large épaisseur composé de béton, de ciment ou de chaux que l'on pose sur une isolation thermique. La particularité de la dalle flottante est que les murs extérieurs servent de coffrage pour couler le béton, mais ne sont pas rattachés à la dalle. Ceci permet notamment d'intégrer les fils électriques, les canalisations d'eau, etc.




Déclaration Réglementaire d’Ouverture de Chantier - DROC


Document administratif permettant d’informer la mairie du commencement de ses travaux de construction ou de rénovation. Il fait partie des éléments fondamentaux permettant à l’assureur RC Décennale de déterminer si son contrat à vocation à être concerné par un sinistre.




Descente d’eaux pluviales


Tuyau vertical ou en pente d’évacuation des eaux de pluie. Il se termine au ras du sol par une bouche recourbée appelée dauphin. Lorsque la descente est en zinc, le dauphin est en général en fonte, matériau plus solide, non déformable, pour cet élément situé à portée du passage humain et donc des éventuels chocs. La descente d’eaux pluviales est reliée au chéneau au moyen d’une sorte d’entonnoir, la cuvette.




Dent creuse


Parcelle ou groupe de parcelles non bâties insérées dans un tissu construit. Espace vide entouré de constructions : en ville, un terrain vague est une dent creuse. Elle peut être créée par la démolition d’un édifice.




Devis


Document contractuel par lequel les entreprises transmettent leurs offres de prix sur la base d’un projet. Le devis descriptif donne la description technique détaillée des travaux à exécuter par poste et par corps d’état —il précise ce qui n’est pas indiqué sur le plan : dosage du béton, marque, nombre de couches de peinture… Le devis quantitatif liste le nombre d’unités par poste. Le devis estimatif indique les prix envisagés par poste et par corps d’état.




Duplex


Appartement dont les pièces sont réparties sur deux niveaux accessibles par un escalier intérieur.




Disjoncteur divisionnaire


Disjoncteur protégeant l'installation électrique de tout court-circuit en coupant l'ensemble de la ligne électrique à risque. Le disjoncteur divisionnaire ne remplace pas le disjoncteur différentiel, mais le complète : en effet, il ne protège pas les personnes des éventuelles fuites dues à un problème d'isolation, mais isole la ligne où s'est produite la surcharge.




Disjoncteur


Dispositif présent dans n'importe quelle habitation ou immeuble de bureau, chargé de couper le courant en cas de court-circuit ou de surintensité. Placé au bout du tableau électrique, il est le point d'arrivée et de sortie de tous les fils électriques alimentant les prises et interrupteurs de la maison.




Double vitrage


Deux vitrages sur le même châssis.




Déclaration Préalable de travaux - DP


Autorisation d'urbanisme qui peut être exigée pour des travaux non soumis à permis de construire. Elle peut être obligatoire pour l'extension d'un bâtiment existant, des travaux modifiant l'aspect extérieur, des constructions nouvelles ou le changement de destination d'un bâtiment.




Dallage sur terre-plein


Toute construction nécessite la création d'un plancher ou d'une assise au sol : le dallage sur terre-plein est l'une des solutions économiques pour qu'une maison s'adapte à son terrain. Il intègre également les couches nécessaires à l'isolation thermique ou à la protection contre l'humidité. Son épaisseur est d'environ 12 cm.





C

Chassis


Cadre rigide qui supporte le vitrage. Il doit permettre l’ouverture de la fenêtre, participe à l’isolation thermique, à l’isolation acoustique de l’ensemble fenêtre, contribue à la ventilation et à la sécurisation des locaux qu’il ferme.




Cadastre


Représente graphiquement le territoire communal dans tous les détails de son morcellement en propriétés et en nature de culture ainsi que certains détails utiles à sa compréhension. Il donne également la figuration de l'emprise au sol des bâtiments fixés à perpétuelle demeure. Le plan cadastral est subdivisé en sections et lieux-dits. Une section peut comporter une ou plusieurs feuilles parcellaires. Le plan cadastral d'une commune se compose de sections cadastrales découpées dans certains cas en feuilles parcellaires et lieux-dits, d'un tableau d'assemblage ou d'une mappe d'ensemble.




Chien-assis


Lucarne à baie carrée et présentant une toiture à deux pentes et faîtière horizontale prise sur la face des combles.




Cloison


Paroi divisant un espace en pièces mur et ne portant que son propre poids. Les cloisons de distribution divisent l'espace habitable. Parallèlement à leur fonction d'agencement, elles peuvent répondre à un besoin spécifique d'isolation thermique et/ou phonique. Les cloisons de séparation peuvent jouer un rôle structurel (refend). Son épaisseur varie de 8 cm à plus de 20 cm, selon sa situation et le mode constructif choisi. Le bâti traditionnel privilégie la maçonnerie de petits éléments : brique alvéolaire, bloc béton creux ou plein, béton cellulaire, pour les matériaux les plus courants




Conduit de fumée


Element qui permet par le biais d’une ouverture d’évacuer les fumées provenant d’appareils tels que les chaudières, les inserts ou encore les foyers ouverts et fermés.




Casquette


Est une petite couverture en avancée protégeant une baie.




Cellier


Local (rez-de-chaussée ou attenant) où on conserve des provisions.




Chambranle


Encadrement de porte, fenêtre, cheminée.




Charpente


Ouvrage formé de pièces de bois ou de métal assemblées, formant l’ossature d’une construction. Dans une acception plus restreinte, ouvrage formant le toit et portant le matériau de couverture. Dans la construction dite traditionnelle, on distingue les charpentes de toit dont les pièces sont constituées d’éléments assemblés, des charpentes industrielles constituées de fermettes, fermes préfabriquées très allégées formées de bois de petite section et disposées à des entraxes de 60 à 80 cm, qui reçoivent directement le support de couverture.




Ciment


Poudre formant avec l’eau un liant capable d’agglomérer des matériaux constituant du mortier ou du béton. Il forme avec un liquide (eau ou solution saline), une pâte plastique qui durcit à l’air. Mélangé à du sable ou des cailloux, il devient béton avec du sable et de l’eau, c’est du mortier renforcé de fibres, c’est du fibrociment. Inventé en 1818 par l’ingénieur français Louis Vicat (1786-1861), ce matériau combine la résistance à l’adhésion, une prise rapide et une bonne étanchéité. Des adjuvants permettent d’en varier les qualités : ciment à prise lente, ciment expansif (augmentant de volume à la prise), ciment hydraulique (ou ciment romain) durcissant dans l’eau, ciment-colle, utilisé pour la pose des carrelages…




Comble


Partie de l’espace intérieur d’un bâtiment comprise sous les versants du toit et séparée des parties inférieures par un plancher ou une voûte. Souvent improprement appelée grenier.




Cloture


Barrière, mur, grille délimitant un espace.




Contremarche


Elément vertical, de la marche d'un escalier. Elle fait donc le lien entre deux marches. La construction d'un escalier doit être rigoureuse, notamment en matière de taille des marches et des contremarches afin que l'ensemble soit sécurisé et confortable à utiliser. La régularité est indispensable.




Claustra


Agencement des matériaux d’une construction dont les assises sont constituées d’éléments non jointifs ou d’éléments évidés formant de petits jours réguliers.




Cuivre


Métal utilisé en plomberie pour les canalisations d’eau, en construction pour le couvrement de toitures ou de façades. Son oxydation produit le vert-de-gris qui transforme sa couleur cuivrée en vert.




Calepinage


Assemblage, dans un ordre particulier dessiné par l’architecte, d’éléments tels que la pierre, la brique, le carrelage… qui composent une façade ou un revêtement de sol.




Chatière


Petit ouvrage en métal, en céramique, etc., placé sur un versant de toit et couvrant une petite ouverture destinée à aérer un comble.




Cheminée


Du latin caminus, la cheminée désigne un conduit vertical dont la fonction est de débarrasser une zone intérieure des fumées et des gaz émis par un feu. Elle peut être installée dans différents types de bâtiments. Le terme désigne la souche, partie du conduit dépassant du toit, et l'âtre qui siège au cœur de l'habitation. La souche assure la régularité du tirage.




Chéneau


Canal en pierre ou en bois recouvert de métal. Placé à la base d’un versant, il longe le toit, recueille les eaux de pluie et les conduit au tuyau de descente. Il est creusé dans la corniche des murs gouttereaux ou posé sur celle-ci.




Chevron


Pièce oblique d’un versant de toit, inclinée dans le même sens que l’arbalétrier, posée sur les pannes et portant la couverture.




Coeffcient d'Occupation des Sols - COS


Règle d'urbanisme définissant la densité de construction autorisée à l'intérieur d'une même zone d'un plan d'être construite par mètre carré de terrain et s'applique dans les nouvelles Zones Urbaines (ZU) et à urbanisation future (AU) du Plan local d'urbanisme (PLU). Outil de politique urbaine, il permet, selon les zones (naturelle, réserve foncière, d’activités) d'inciter à l’édification, à la densification ou à la limitation des constructions ou à reproduire la densité existante.




Colombage


Pan de bois, mur en charpente avec remplissage des vides en maçonnerie légère.




Contreplaqué


Matériau obtenu par le collage sous pression d’un nombre impair de couches de bois, disposées à contrefil.




Contreventement


Ensemble de liens qui s’opposent à la déformation d’une structure sous des efforts horizontaux.




Corniche


Partie saillante couronnant un entablement, un piédestal, une élévation, un morceau d’élévation… d’un bâtiment. Formée de moulures en surplomb les unes sur les autres, habituellement horizontale, la corniche peut être rampante si elle suit le faîte d’un fronton par exemple. À l’intérieur, elle désigne toute moulure permettant de faire la jonction entre le mur et le plafond.




Cotes


Chiffres indiquant une dimension, un niveau sur des plans d’un projet d’urbanisme ou d’architecture. Le principe de cotation est réglementé et obéit à des conventions.




Coupe


Dessin usuel d’architecture représentant une vue verticale d’un bâtiment, depuis ses fondations jusqu’à sa toiture, comme si on l’avait découpé par un plan dans le sens de la hauteur et qu’on regardait la tranche dégagée. La coupe est dite longitudinale si le plan de coupe est dans le sens de la longueur transversale s’il est dans le sens de la largeur.




Coupe sur terrain


Dessin usuel d’architecture représentant un profil du terrain de limite à limite en indiquant l’altitude du terrain en différents points ainsi que celle de la construction projetée.




Cour anglaise


Cour étroite et enterrée, placée au pied d’un bâtiment, pour permettre l’accès au sous-sol et son éclairement naturel par des fenêtres.




Cour intérieure


Aire à ciel ouvert cernée par les bâtiments qui s’ouvrent sur elle. De dimensions diverses, on y accède à travers les pièces ou les circulations qui l’entourent. La cour carrée du Louvre à Paris est une cour intérieure de grande dimension. Le cloître est souvent une cour intérieure jouxtant l’église du monastère.




Couronnement


Partie supérieure d’un ouvrage. La main courante couronne la rampe, le fronton est un couronnement de portail, de portique. La corniche est un couronnement de façade.




Couverture


Ouvrage couvrant extérieurement une construction surface extérieure du toit, elle s’appelle aussi le couvert. Elle protège de façon étanche et durable les superstructures de l’édifice contre les intempéries.




Chantier


Lieu où se déroulent des travaux et où sont rassemblés les matériaux nécessaires par extension, construction en cours.




Construction existante


Est considérée comme existante si elle est reconnue comme légalement construite et si la majorité des fondations ou des éléments hors fondations déterminant la résistance et la rigidité de l'ouvrage remplissent leurs fonctions. Une ruine ne peut pas être considérée comme une construction existante.




Crédence


Partie qui se situe entre le plan de travail et le début des meubles hauts. Que ce soit au-dessus de l'évier ou des plaques de cuisson, cette partie est plus exposée aux salissures et aux projections. De ce fait, il est utile et tendance de recouvrir cette partie d'un matériau résistant comme la faïence, l'inox, le verre, etc. L'effet est esthétique et l'entretien facilité




Chaux


Liant issu de la cuisson du calcaire (calcination) à très haute température, environ 900 °C. Après traitement, elle se présente sous la forme d'une poudre claire conditionnée en sacs. On distingue trois sortes de chaux. La chaux aérienne éteinte, calcique (CL) ou dolomitique (DL), ne peut durcir qu'au contact de l'air. La chaux hydraulique naturelle (NHL), moins pure en calcaire que la précédente, durcit d'abord au contact de l'eau puis de l'air. La troisième catégorie de chaux, dite hydraulique artificielle (XHA), est en fait en sorte de ciment amaigri.




Chevêtre


Pièce de renfort intégrée à une charpente, à la structure d'un plancher ou d'un pont. On peut le fabriquer dans différents matériaux tels le bois massif, le lamellé-collé, le béton armé. Le chevêtre d'un plancher joue un rôle similaire pour permettre le passage à l'étage supérieur, au débouché d'un escalier.




Chauffage au gaz


Système de combustion. Le gaz brulé dans une chaudière et chauffe de l'eau. L'eau chaude se propage dans la maison par l'intermédiaire de tuyaux reliés à des radiateurs ou un système de chauffage au sol. C'est l'un des moyens de se chauffer les moins chers et les plus propres du secteur énergétique.




Chauffage électrique


Système constitué de résistances qui diffusent de la chaleur transmise par un radiateur doté d'un thermostat.




Chauffage au sol


Système constitué d'un réseau de tubes hydrauliques ou de câbles électriques chauffants. Le chauffage au sol est compatible avec toutes les formes de production d'énergie : les appareils à combustion, le chauffage électrique, la pompe à chaleur et les capteurs solaires.




Consuel


Comité national pour la sécurité des usagers de l'électricité, est une association considérée d'utilité publique par l'État, qui est chargée de donner les visas attestant de la conformité d'une installation électrique dans le bâti neuf ou rénové, qu'il soit d'habitation, professionnel ou industriel.




Corridor


Couloir exigu situé entre deux pièces. Sa particularité est d'être plus long que large. Passage fermé, il permet d'accéder à plusieurs pièces d'une même habitation, ou de rejoindre divers appartements. Le corridor est donc l'artère de communication qui permet la relation entre les différents lieux d'un édifice.




Cimaise


Moulure qui constitue le haut d'une corniche. En ébénisterie, le sens diffère peu : la cimaise est une boiserie décorative profilée que l'on place au niveau du plafond. Elle peut être également en acier ou aluminium. Cette cimaise, dite à tableaux, joue le rôle d'une tringle pour permettre l'accrochage des tableaux.




Coupe-feu


Norme est utilisée dans les bâtiments pour contrer le feu, ralentir et empêcher sa propagation. On trouve différents éléments qui entrent dans cette catégorie. On peut citer notamment les portes, les murs, les plafonds... On analyse les capacités de coupe-feu notamment par l'étanchéité aux fumées et l'isolation thermique. Par exemple, une porte coupe-feu doit pouvoir retenir les flammes et les fumées à l'extérieur et protéger de la chaleur.




Chape


Précouche d'enduit ou de mortier à base de ciment (on parle de chappe traditionnelle) ou de chaux. La chape, qui est réalisée uniquement sur une dalle de béton, a pour rôle de niveler, d'aplanir le support. Elle intègre dans sa masse les gaines électriques, les câbles et les tubes de plancher chauffant.




Caillebotis


Treillis de bois, de forme carrée ou rectangulaire, à claire-voie. Il sert de plancher, notamment à l'extérieur sur une terrasse et autour des piscines.Le principe est d'assembler au sol plusieurs dalles afin de former un chemin ou un espace particulier. Les caillebotis sont posés avec des vis sur une structure de lambourdes installée au sol.




Chanfrein


Surface plate, obtenue en limant l'arrête d'une pièce à 45 degrés. La pièce limée peut être en bois, en pierre ou en métal. La lame est limée sur la longueur ou sur ces 4 côtés. Les bords biseautés de la lame forment le chanfrein.




Carrelage


Revêtement composé principalement d'argile. Pressés, moulés et cuits en double ou monocuisson, ils acquièrent des propriétés de dureté, d'imperméabilité, et de résistance aux rayures, aux chocs et aux détergents.





P

Perspective


Dessin usuel d’architecture représentant une modélisation de l’insertion paysagère qui peut être intérieure ou extérieure.




Plan


Dessin usuel d’architecture représentant un projection horizontale d’un ou de plusieurs bâtiments, d’un terrain, etc., dessinés à une échelle donnée.




Permis de Construire - PC


Autorisations administratives constatant qu’un projet est conforme aux règles d’urbanisme locales, nationales, applicables au bâtiment concerné (habitation individuelle, établissement recevant du public, etc.) relatives à la sécurité, la salubrité, l’alignement, la protection des monuments historiques et des sites naturels. Il est exigé sur tout le territoire national pour tous les travaux de construction à usage d’habitation ou non, sur des constructions existantes qui ont pour effet d’en changer la destination, d’en modifier l’aspect extérieur ou le volume ou de créer des niveaux supplémentaires. Il est valable deux ans. Seuls certains ouvrages de faible importance sont exemptés de permis de construire et soumis à une simple déclaration de travaux.




Plan de Prévention du Risque Inondation - PPRI


Document qui réglemente l'urbanisation dans les zones soumises aux risques d'inondation.




Plan Local d'Urbanisme Intercommunal - PLUi


Document d'urbanisme qui, à l'échelle de la Communauté de Communes, établit le projet global d'urbanisme et d'aménagement et fixe en conséquence les règles générales d'utilisation du sol sur le territoire.




Plan de façade


Dessin usuel d’architecture représentant une projection verticale ( élévation ) de la construction par rapport au terrain. On distingue la façade principale, la façade arrière, le pignon gauche et le pignon droit.




Petit bois


Traverse ou montant étroit, qui divise la surface d’un vitrage de croisée ou de porte-fenêtre en bois, pvc et alu. Les petits bois peuvent être collés sur le vitrage (bois, pvc) ou incorporés à l’intérieur du vitrage (bois, pvc et alu).




Projet de Conception Générale - PCG


Etudes qui ont pour but de permettre aux entreprises de définir clairement et sans ambiguïté leurs prestations et fournitures, en précisant leurs natures et leur qualité pour la réalisation de l’ouvrage




Porte


Ouverture pratiquée dans un mur, une clôture quelconque, permettant d'entrer dans un lieu fermé ou d'en sortir. Elle peut aussi servir à circuler dans les pièces, c'est pourquoi on parle de portes intérieures et de portes extérieures. Autrefois, le nom de porte était donné à l'ouverture aménagée dans l'enceinte d'une ville pour en permettre le passage. Porte d’entrée : entrée d’une maison, d’une cour, d’un jardin. Porte palière : qui s’ouvre sur un palier.




Panne


Pièce horizontale d’un versant de toit, posée sur les arbalétriers et portant les chevrons. Elle est portée soit directement par l’arbalétrier, soit indirectement par un petit corbeau en bois fixé sur l’arbalétrier appelé chantignole. On distingue la panne faîtière (celle posée sous l’arête supérieure du toit) de la panne sablière (celle posée en bas du toit, sur l’épaisseur du mur et dans le même plan que celui-ci) et de la panne intermédiaire ou courante.




Parcellaire


Forme et répartition des parcelles d’un territoire.




Parcelle


Désigne un terrain constituant une unité de propriété numérotée et répertoriée au cadastre.




Parement


Surface visible d’une construction en pierre, en terre ou en brique.




Parpaing


Pierre taillée pour constituer toute l’épaisseur d’un mur et ayant deux parements.Dans les constructions récentes, élément de plâtre, ciment ou béton qui remplace la pierre.




Parquet


Revêtement de sol entièrement composé d'une association de lames de bois.De nombreux types de bois sont utilisés pour créer des parquets, comme le chêne, le teck, idéal pour les salles de bain car résistant à l'humidité, ou bien encore l'acajou. Le parquet peut présenter des motifs variés : à l'anglaise, à la française, en point de Hongrie ou encore en échelle.




Patio


Cour intérieure de maison à ciel ouvert, de petites dimensions, sur laquelle s’ouvrent les pièces qui l’entourent.




Pergola


Constructionde jardin, en bois, métal ou maçonnerie, qui sert de support à des plantes grimpantes.




Parti architectural


Ensemble des options essentielles choisies par l’architecte dans l’implantation, la composition, le traitement esthétique ou technique de son ouvrage.




Persienne


Panneau formé de lamelles horizontales inclinées, assemblées dans un châssis mobile sur des gonds. Elle laisse filtrer l’air et un peu de lumière.




Pierre


Roche employée dans la construction. Le gros morceau de pierre sortant de la carrière est un bloc. Le caillou est un fragment de pierre, le galet, un caillou arrondi, roulé par les eaux. Une pierre de petite dimension, non taillée ou partiellement taillée est un moellon. Une pierre longue et peu épaisse est une dalle (par exemple, l’ardoise). La pierre de taille est une pierre présentant des pans dressés et des arêtes vives les éléments de même hauteur posés selon un rang de niveau forment une assise l’ensemble des assises forme l’appareil selon la hauteur des assises.




Pilier


Massif de maçonnerie, poteau de bois ou pylône métallique formant un support vertical et isolé dans une construction (colonne, piédroit).




Pilotis


Série de pieux (ou pilots) fichés dans le sol pour servir de fondations à une construction sur un plan d’eau ou un terrain instable. Procédé connu dès la préhistoire, utilisant initialement du bois, construction sur pilotis désigne désormais toute réalisation de volume bâti sur de minces poteaux, qui peuvent être en bois, métal ou béton armé.




Plain-pied


Ensemble de locaux dont les planchers sont au même niveau. Un bâtiment est dit de plain-pied quand ses pièces principales sont situées en rez-de-chaussée.




Plan de coupe


Dessin usuel d’architecture représentant une projection verticale de l’intérieur de la construction. Il précise l’implantation de celle-ci par rapport au profil du terrain naturel ainsi que sa forme et sa hauteur. Le plan de coupe représente le bâtiment sans sa façade, et laisse apparaître ses planchers et ses plafonds.




Plan de détail


Dessin usuel d’architecture représentant une projection horizontale ou verticale à grande échelle, permettant la réalisation d’éléments de menuiserie par exemple.




Plan de masse


Dessin usuel d’architecture représentant une projection horizontale à échelle réduite représentant les volumes à construire en vue de dessus de façon à connaître l’implantation par rapport aux limites du terrain, l’accès à la parcelle, les pentes de toitures.




Plan de niveau


Dessin usuel d’architecture représentant un projection horizontale d’un des niveaux d’un bâtiment (rez-de-chaussée, sous-sol, dixième étage, toiture-terrasse).




Plan de situation


Plan à échelle réduite qui situe la position et l’orientation d’un terrain dans une commune, un lotissement.




Plancher


Construction, une plate-forme horizontale bâtie en rez-de-chaussée ou séparant deux étages. Il peut être en bois, en métal, en béton armé. Sa surface inférieure se nomme plafond. Les éléments porteurs ou solives forment une sorte de grille perpendiculaire aux murs porteurs. .




Planning


Document fixant la succession dans le temps de toutes les étapes du chantier pour les différents corps de métier devant intervenir. Instrument de pilotage du chantier, il est négocié par le maître d’œuvre avec les entreprises pour maîtriser les délais de la construction.




Plâtre


Gypse réduit en poudre qu’on gâche avec de l’eau pour obtenir un mélange qui durcit au séchage. Additionné de fibres végétales et moulé, il permet de réaliser des éléments décoratifs ou staff. Gâché avec une solution de colle forte, il forme un enduit qui, poli, imite le marbre : le stuc. Moulé, le plâtre est utilisé pour réaliser des cloisons ou des plafonds : carreau de plâtre, placoplâtre (plaque de plâtre coulé entre deux feuilles de cartonde carton.




Plénum


Vide entre les deux surfaces horizontales d’un plancher.




Portail


Porte extérieure (en mur de clôture) de grande dimension.




Porte-à-faux


Position d’un élément de construction dont la charge n’est pas transmise à l’aplomb. Le balcon est un des porte-à-faux les plus fréquents.




Portée


Dimension horizontale mesurée entre les points d’appui d’une construction.




Poteau


Pièce de bois ou de métal de charpente, verticale supportant une charge. Cas particuliers : le poinçon est un poteau de ferme de toit, le meneau est un poteau de remplissage divisant une baie). Le poteau cornier est un poteau d’angle, le poteau de décharge est celui qui soutient une charpente, le poteau d’huisserie désigne ses montants latéraux. Par extension, toute pièce maîtresse verticale en bois, métal, pierre, béton armé.




Poutre


Plancher, une pièce maîtresse, en bois ou en métal, horizontale de gros équarrissage, perpendiculaires aux solives et soulageant celles-ci.




PolyVinyChloride - PVC


Polymère comportant des radicaux vinyle, matériau utilisé pour des produits moulés, des tuyaux de plomberie par exemple.




Personne à Mobilité Réduite - PMR


Notion très large, qui regroupe de nombreuses réalités : il concerne les personnes en situation de handicap mais aussi les personnes gênées dans leurs mouvements et leurs déplacements en général.




Pompe A Chaleur - PAC


Appareil qui utilise un dispositif thermodynamique, qui permet de transférer de la chaleur provenant d'un milieu froid vers un lieu à chauffer. Autrement dit, c'est le contraire d'un réfrigérateur.




Panneau solaire


Dispositif destinés à récupérer l'énergie du rayonnement solaire pour la transformer en chaleur ou en électricité.




Porte coulissante


Panneau équipé de galets roulants et d'un rail de guidage fixé à l'horizontal sur un mur permettant de faire coulisser le panneau. Elle peut également avoir deux panneaux, ce qui offre une double ouverture latérale, elle sera alors sur double-rail, ainsi les panneaux pourront-t-ils se croiser ou être superposés.




Porte sectionnelle


Porte d'extérieur composée de panneaux articulés entre eux, avec une possibilité de débattement latéral ou en plafond, ou encore d'enroulement autour d'un tambour. Elle peut être motorisée ou manuelle, ce deuxième cas concerne les portes de plus petite taille.




Pompe de relevage


Dispositif utilisé en assainissement, elle sert à relever un fluide de quelques mètres de hauteur ou bien à l'envoyer sous pression dans une conduite.




Pare-feu


Système développé dans la construction pour empêcher les incendies de se propager dans un bâtiment, d'un point à un autre. Également appelé coupe-feu, le pare-feu est une technique particulièrement réglementée par la loi, et elle est obligatoire dans tous les bâtiments susceptibles d'accueillir du public. Le principe du pare-feu, installé en cloison ou plus généralement en porte, est de séparer le bâtiment en plusieurs zones, afin de laisser le temps aux personnes d'évacuer.




Placage


Fines tranches en bois que l'on colle sur du massif, ainsi que la technique employée pour les coller. En général, le placage est le fait de coller un revêtement en bois précieux sur des meubles fabriqués en matières beaucoup moins précieuses, à l'instar de la marqueterie.




Portillon


Porte à battant généralement bas ; il ferme la plupart du temps un passage public et se trouve en extérieur.




Parquet flottant


Revêtement de sol apparu dans les années 1980, le parquet flottant est un parquet non fixé au sol, les lames de bois sont solidaires les unes des autres grâce à un système d'emboîtage. Le plus souvent, le parquet flottant est constitué de lames en bois traité, mais d'autres types de bois peuvent être utilisés selon l'effet et les bienfaits recherchés.




Parquet stratifié


Revêtement de sol constitué d'un aggloméré sur lequel est posé une photographie qui imite seulement les fibres de bois du vrai parquet.




Papier peint


Revêtement mural plus ou moins composé de papier, il sert à couvrir et à décorer les murs et les cloisons intérieurs. Posé par bandes, à l'aide d'une colle spécialisée, le morceau de papier peint s'appelle un lé lorsqu'il est placé à la verticale, et une frise lorsqu'il est placé à l'horizontale. Il existe quatre types de papier peint : le traditionnel, le vinyle, l'intissé et l'expansé.




Pare-vapeur


Feuille ou membrane réduisant le passage de la vapeur d’eau.





S

Sous-sol


Toute pièce ou étage qui est en dessous du rez-de-chaussée d'un édifice.




Structure porteuse ou Ossature


Ensemble des éléments porteurs rigidifiant l'édifice (Squelette).




Seuil de porte


Marche dans l'embrasure de porte.




Second-oeuvre


Travaux qui n’impactent pas sur la solidité ni sur la stabilité de l’ouvrage en construction. Également appelé « œuvre léger », le second œuvre vise essentiellement à rendre habitable la maison en construction et contribue de ce fait à assurer une qualité de vie optimale aux futurs résidents.




Surface Hors Oeuvre Nette - SHON


Surface égale à la somme des surfaces des planchers de chaque niveau moins tout ce qui n'est pas aménageable (sous-sols et combles non aménageables, toitures-terrasses, balcons, loggias, surfaces non closes du rez-de-chaussée et garages).




Surface Hors Oeuvre Brute - SHOB


Surface égale à la somme des surfaces de plancher de chaque niveau de construction, des surfaces des toitures-terrasses, des balcons ou loggias et des surfaces non closes situées au rez-de-chaussée.




Stuc


Enduit très fin à base de chaux et de granulats impalpables (sable, farine de marbre, talc) utilisé pour recouvrir les murs et les plafonds.




Soupente


Réduit aménagé sous un escalier ou dans la hauteur d'une pièce, comme une cuisine ou une chambre. Il peut également s'agir d'un espace créé dans les combles afin de gagner des mètres carrés supplémentaires, pouvant servir de pièce à vivre ou d'espace de rangement.




Solin


Ouvrage de maçonnerie ou une pièce métallique (en zinc, aluminium, plastique, acier galvanisé) dont la fonction principale est d'assurer l'étanchéité entre deux éléments de construction de nature différente.




Siphon


Dispositif de tuyauterie en forme de « S » incurvé utilisé dans les canalisations (un évier par exemple) et destiné à faire passer un liquide d'un niveau donné à un niveau inférieur. Le siphon empêche également les mauvaises odeurs de remonter et de se diffuser vers le ou les orifices d'évacuation.





T

Tapées


Pièces de menuiseries verticales fixées sur la face extérieure de la fenêtre pour y positionner les persiennes.




Tuile


Elément de terre cuite moulée utilisé pour la couverture des édifices. 3 principaux types : les tuiles plates, à canal (ou ronde) ou mécanique (à emboîtement).




Tablier


Partie de volet roulant qui s’enroule pour ouvrir la baie et se déroule pour la fermer.




Trappe de visite


Ouverture obligatoire à aménager dans une construction ou sur différents éléments comme des conduits, elle doit permettre de réaliser des inspections voire des réparations.




Toit-terrasse


Toit à versants dont la pente n’excède pas 15 % (dans la pratique, la pente évolue entre 0 et 3 %, suivant le système d’étanchéité retenu), sans charpente, Une toiture-terrasse est constituée d’un support d’étanchéité, d’un revêtement d’étanchéité et d’une protection d’étanchéité. L’élément porteur est couronné en sa périphérie par un muret ou acrotère.




Toiture végétalisée


Couvrement conçu pour accueillir des végétaux, semés ou en pousse spontanée, destinés à être tondus ou laissés en pousse libre. Incliné ou non, ce mode de couverture est choisi à la fois pour ses qualités esthétiques et environnementales et le rôle qu’il joue dans l’isolation thermique du bâtiment.




Terrasse


Plateforme non en surplomb et non fermée, au sol, en étage, en toiture de bâtisse.




Terrassement


Opération destinée à changer la configuration d’un lieu par creusement ou déplacement de la terre. C’est souvent la première phase d’un chantier pour préparer les fondations d’un bâtiment




Travaux supplémentaires - TS


Les travaux non prévus dans le contrat initial ou dans le(s) marché(s) de travaux sont le plus souvent liés à des aléas de chantier non anticipables, à des demandes supplémentaires du client ou à des demandes supplémentaires de la maîtrise d'œuvre dans l'intérêt du client.




Triplex


Type de bâtiment qui se répartit sur trois niveaux d'habitation.




Toit


Surface qui recouvre la partie supérieure d'un bâtiment ou d'une habitation pour assurer une protection de l'intérieur de l'édifice contre les intempéries, en particulier la pluie.




Trémie


Espace laissé libre dans un endroit pour y faire passer un escalier, une cheminée, un ascenseur, ou permettre la circulation des personnes ou des fluides (air, électricité, eau...). On distingue deux types de trémie : rectangulaire, elle permettra la mise en place d'un escalier droit ou tournant ; ronde ou carrée, elle ne proposera qu'un escalier hélicoïdal.




Traverse


Elément horizontal intermédiaire divisant une baie (dormant ou battant).




Toile de verre


Revêtement mural que l'on compare souvent à un papier peint sur lequel peut être donné un coup de peinture.




Terrain viabilisé


Terrain qui est desservi par une voie d'accès et se trouvant à proximité de raccordement des différents réseaux : eau potable, électricité, gaz, téléphone, assainissement...





N

Nombre d'or


Rapport de proportion utilisé depuis l’Antiquité et considéré comme particulièrement harmonieux, remis à l’honneur par Le Corbusier avec le Modulor. Un rectangle d’or est un rectangle dessiné à partir d’un carré dont on a rabattu la diagonale du demi-carré pour obtenir la longueur du rectangle. Ainsi la longueur est égale au produit de la largeur par le nombre d’or (1,618).




Norme


Principe de référence préétablie. La norme peut être assimilée à un modèle, plan standard et reproductible comme dans l’urbanisation planifiée de l’ère industrielle. Certaines normes sont élaborées par des organismes spécialisés, avant d’être approuvées et homologuées.




Nez de marche


Tranche généralement arrondie de la marche qui dépasse légèrement au-dessus de la contremarche (c'est-à-dire la partie verticale entre deux marches). Le nez de marche est aussi parfois appelé « pas de souris » (notamment dans le Sud-Est de la France).




Niveau


Espace entre plancher et plafond dans un bâtiment, décompté par 1 depuis 0 au rez-de-chaussée selon sa hauteur d'altitude.




Nu du mur


Surface externe plate d'un mur en référence hors saillies pour les mesures. Nu intérieur dans une pièce. Nu extérieur en façade.





M

Mutuelle des Architectes Français - MAF


Organisme qui protège, alerte et conseille les architectes en assurant leurs responsabilités professionnelles.




Marche


Elément de l’escalier. Elle comprend une hauteur et un giron (dessus de la marche surface sur laquelle on pose le pied). La hauteur peut être vide ou pleine : cet élément vertical, devant d’une marche, est appelé contremarche.




Maitre d'ouvrage


Personne physique ou morale pour qui on construit, qui demande, contrôle et finance l’opération. Le maître d’ouvrage a la responsabilité du programme, de l’enveloppe financière et du planning de l’opération. Ces études font appel à des architectes conseils, des bâtiments, des paysagistes, des ingénieurs, des sociologues qui analysent les besoins, les capacités du site sur un plan fonctionnel, esthétique…




Maitre d'oeuvre


Personne qui conçoit et dirige la construction d’un édifice. La maîtrise d’œuvre comprend un ensemble de missions qui sont autant d’étapes à franchir par l’équipe de maîtrise d’œuvre qui rassemble autant de professionnels que la spécificité de l’opération le nécessite.




Mise au point des Marchés de Travaux - MDT


Lorsque le Maître d’ouvrage a arrêté son choix, l'architecte prépare les documents nécessaires à la constitution du marché et les propose pour signature au Maître d’ouvrage. Par la suite, le Maître d’ouvrage et l’entrepreneur retenu signent les pièces du marché et les éventuels avenants. Le Maître d’ouvrage convient alors avec l'architecte de la date d’ouverture du chantier, puis signe et transmet à l’autorité compétente la Déclaration Réglementaire d’Ouverture de Chantier (DROC).




Maçonnerie


Tout ouvrage construit en pierre ou en brique. Par extension, construction faite d’éléments assemblés et joints, puis : partie de travaux de construction comprenant l’édification du gros œuvre et certains travaux de revêtement. On distingue la maçonnerie à sec : maçonnerie dont les éléments ne sont pas liés par un mortier, l’appareil : maçonnerie formée d’éléments posés, taillés pour occuper une place particulière, le blocage : maçonnerie de matériaux de différentes grosseurs (on dit aussi : du tout-venant) jetés pêle-mêle dans un bain de mortier, la maçonnerie fourrée : maçonnerie constituée d’une fourrure, blocage compris entre deux appareils de revêtement.




Maison de ville


Edifice à un ou plusieurs niveaux comportant un bâtiment à l’alignement destiné à l’habitation d’une famille et conçu pour former un front continu le long de la rue, en étant accolé à d’autres édifices identiques par le biais de murs.




Marché


Document contractuel écrit qui lie une personne physique ou morale (maître d’ouvrage) à un professionnel ( entreprise ) chargé d’exécuter pour elle des travaux ou prestations déterminées dans les conditions de prix et de délais convenus à l’avance.




Menuiserie


Travail du bois pour la fabrication de pièces ou d’ouvrages destinés au bâtiment et nom générique de ces ouvrages (huisseries, escaliers, parquets, lambris, rampe…).




Mur


Ouvrage en maçonnerie, en terre, en pan de bois, etc., dans un plan vertical. En général, dans un bâtiment, il désigne des parois verticales porteuses.




Mezzanine


Plancher intermédiaire habitable n’occupant pas toute la surface de la pièce qu’il surplombe.




Mur bahut


Mur bas portant une grille ou une colonnade.




Mur de refend


Mur porteur, montant depuis la fondation et formant division intérieure. Il peut porter jusqu’au comble et se terminer par un pignon.




Mur de soutènement


Mur servant à contenir la poussée des terres à un changement de niveau du sol, enterré sur une de ses faces




Mur-rideau


Mur extérieur non porteur d’un bâtiment. Les planchers et les murs sont portés par une ossature intérieure. Filant devant les abouts (extrémités) de plancher il n’est pas limité par la hauteur d’étage. Généralement construit avec des éléments standardisés et préfabriqués, il est souvent largement vitré.




Mur végétalisé


Mur sur lequel une nouvelle technique (inventée par le Français Patrick Blanc) permet de créer un jardin vertical. L’épaisseur du substrat et les végétaux augmentent l’isolation thermique.




Mur banché


Mur construit en béton banché. Pour créer un mur banché, il suffit de couler du béton armé dans des sortes de « coffres », appelés « banches », posés à l'endroit où l'on désire construire. Il est généralement utilisé pour construire des murs pour le sous-sol, plus particulièrement lorsque le terrain est en pente.




Moquette


Revetement de sol qui recouvre toute la pièce. Il peut être cloué ou collé au sol. Elle présente des avantages non négligeables, tels qu'un très grand choix de matières et de couleurs et une capacité insonorisante intéressante.





L

Laine de verre


Matériau d’isolation thermique obtenu grâce à la fusion de sable et de verre recyclé




Laine de roche


Matériau d'isolation fait à partir de roche entrée en fusion. Il est imputrescible, ininflammable et possède de bonnes qualités d’isolation et une facilité de pose. La laine de roche est posée en rouleau et en insufflation.




Laine de coton


Matérieux d'isolation fait à partir de textile recyclé, cet isolant naturel et durable possède de hautes qualités en termes de déphasage et de résistance thermique. Elle est posée en insufflation.




Lambourde


Pièces en bois, de longueur et section différentes suivant l'usage auquel elles sont destinées. Elles servent essentiellement de support aux planchers, qu'il s'agisse de parquets d'intérieur, d'extérieur, de terrasses en bois, pourtours de piscine et autres décorations.




Lumière zenithale


Lumière qui vient du haut (zénith du soleil).




Lucarne


Ouvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. En maçonnerie ou en charpente, le devant et la fenêtre de la lucarne s’élèvent généralement à l’aplomb des murs gouttereaux et font ainsi partie intégrante de l’élévation. Les côtés de la lucarne sont les jouées.




Lotissement


Opération d’urbanisme, publique ou privée, qui divise un terrain en plusieurs parcelles, équipe les lots (routes, espaces verts, réseaux d’assainissement, éclairage public, adduction d’eau potable, etc.) puis les cède pour la construction de bâtiments à usage d’habitation, industriel ou artisanal. Les contraintes d’aménagement de ces terrains sont précisées dans le règlement de lotissement.




Lot


Spécialité d’un chantier, regroupant des travaux de même nature confiés à une même entreprise (lot électricité, lot plomberie…).




Loggia


Pièce à l’étage d’un bâtiment, en retrait de façade, ouverte sur l’extérieur : ses baies n’ont pas de menuiserie. Lorsque cette pièce ou galerie s’ouvre sur l’intérieur de l’édifice, c’est une tribune. Lorsque cet ouvrage est à claire-voie, forme un avant-corps en surplomb sur la hauteur de plusieurs étages et renferme de petites pièces, il s’agit d’un oriel ou d’un bow-window.




Loft


Ancien local industriel (entrepôt, atelier…) transformé en logement. Par extension, logement constitué d’espaces ouverts.




Limon


Pièce en bois, en pierre ou en métal, utilisée dans la construction des escaliers. C'est en effet grâce à cette pièce d'appui que peuvent être fixées et assemblées les marches et contremarches mais aussi la balustrade d'un escalier.




Lattis


Ouvrage constitué de lattes, planches d’environ cinq centimètres de largeur, légèrement espacées les unes des autres, cloué sur une surface. Employé pour la réalisation de plafonds —il sert de support au plâtre projeté en plafond. En clôture, il sert de treillage pour plantes grimpantes.




Lamellé-collé


Matériau de création récente fabriqué en usine à partir de lamelles de bois assemblées par collage sous forte pression. Beaucoup plus résistant que le bois d’œuvre, le lamellé-collé sert, comme l’acier par exemple, pour des pièces de charpente ou de structure, poteaux et surtout poutres dont la portée*peut être très longue et les profils calculés sur-mesure.




Lambris


Revêtement en bois.




Lambrequin


Bordure en bois ou en tôle découpée, souvent ornée, pendant aux bords d’un toit ou cachant le rouleau d’un store.




Limites séparatives


Correspondent aux limites entre le terrain d’assiette de la construction, constitué d’une ou plusieurs unités foncières, et le ou les terrains contigus. Elles peuvent être distinguées en deux types: les limites latérales et les limites de fond de terrain. En sont exclues les limites de l’unité foncière par rapport aux voies et emprises publiques.




Longrine


Elément structurel disposé à l'horizontale. Dans le bâtiment, le mot désigne aussi bien une poutre en béton utilisée en fondation que l'armature servant à la réaliser. Une longrine assure la répartition des charges qu'elle supporte (soubassement, mur de façade...) et/ou leur report vers des appuis ponctuels (micropieux, semelles isolées...). Située en périphérie d'un bâtiment, elle est souvent associée à la dalle de plancher bas.




Lux


Unité d'éclairement (symbole: lx) . Eclairement d'une surface qui reçoit uniformément un flux lumineux de 1 lumen par mètre-carré.




Linoléum


Revêtement de sol totalement imperméable, créé il y a plus de cent cinquante ans en Écosse par Frederick Walton. Il est composé de matières naturelles telles que le pin, l'huile de lin ou encore la poudre de liège. Le mélange de ces différentes matières est appliqué ensuite sur une toile de jute qui, une fois durcie, donne ce que l'on appelle le linoléum.




Linteau


Elément : pierre, pièce de bois ou barre de métal horizontale constituant la partie supérieure d’une baie qui soutient la maçonnerie située au-dessus. Il en reçoit et en reporte la charge sur les deux points d’appui.




Lanterneau


Construction surélevée que l'on retrouve sur la toiture d'une habitation, d'un entrepôt, d'un autobus ou d'une caravane. Il s'adapte donc à différents types de bâtiments et peut être de forme ronde ou carrée.





O

Obligation de résultat


Obligation en vertu de laquelle le débiteur est tenu d’un résultat précis.




Obligation de moyen


Obligation en vertu de laquelle le débiteur n’est pas tenu d’un résultat précis, mais doit mettre en œuvre tous les moyens pour obtenir ce résultat.




Ouvrant


Partie mobile qui, refermée, doit assurer en façade l’étanchéité aux intempéries et au bruit.




Oculus


Petite ouverture dont le tracé est un cercle ou un ovale, ménagé dans un mur ou une voûte.




Oeil-de-boeuf


Lucarne dont la fenêtre est circulaire ou ovale. Souvent incorrectement employé pour désigner un oculus.




Ordre des architectes


Conseil de l'Ordre des architectes, organisme professionnel qui définit les conditions d'exercice du métier, ses règles déontologiques ou éthiques. Il assure la défense juridique et administrative de la profession, il peut pénaliser, par la radiation, des professionnels ayant manqué aux règles de la profession.




Orientation


Valeur qui permet de distinguer les élévations d’un même bâtiment, en se référant aux quatre points cardinaux de la rose des vents selon l’axe principal de l’édifice.




Oriel


Ouvrage formant un avant-corps en surplomb sur la hauteur de plusieurs étages et renfermant de petites pièces.




Ouverture zénithale


Baie horizontale percée dans le couvrement de l’espace éclairé : la lumière vient ainsi du haut.




Ouate de cellulose


Isolant écologique très utilisé dans le domaine de l'écoconstruction. Elle est constitué à 85 % de journaux recyclés, et à 15 % de minerais. De plus, elle ne génère aucune pollution et ne demande que très peu d'énergie pour sa fabrication





Q

Quai


Ouvrage de maçonnerie réalisé le long d’un cours d’eau ou en bord de mer pour retenir les berges ou pour amarrer des bateaux.




Quartier


Urbanisme, une partie d’une ville caractérisée par des traits distinctifs définissant son unité et son individualité, du fait de son histoire, sa forme, ses fonctions ou son peuplement




Qualibat


Organisme certificateur et également un système de certification de la qualité relative au domaine du bâtiment et prenant en compte un certain nombre de critères. Qualibat intervient aussi bien dans le domaine privé que dans le domaine public





R

Reichsausschuß für Lieferbedingungen - RAL


Désigne un système international de définition, codification des différentes teintes utilisées dans l’industrie.




Reception des travaux


Acte par lequel le maître d’ouvrage déclare accepter l’ouvrage (ou les travaux) avec ou sans réserves, et constate que les constructeurs ont accompli leurs engagements contractuels. Elle intervient à la demande de la partie la plus diligente, soit à l’amiable, soit à défaut judiciairement.




Réseau électrique


Installation qui englobe tous les éléments qui permettent de transmettre d'un point à un autre l'énergie provenant d'un distributeur d'électricité. Cela comprend à la fois le câblage, les gaines, les interrupteurs, les sectionneurs, le disjoncteur, le compteur ou encore le tableau électrique.




Refend porteur


Mur transversal (parfois longitudinal), sur fondations, de contreventement, support de canalisations, conduits fumées.




Rampant


Elément droit incliné disposé de manière à offrir une pente.




Reconstruire


Acte construire après une démolition. La reconstruction désigne souvent la période de l’immédiat après-guerre (les années 1920, les années 1950).




Réfection


Remplacement des parties dégradées par des parties neuves et identiques.




Réhabilitation


Ensemble des travaux visant à remettre en état un patrimoine architectural ou urbain. Elle est souvent liée à un changement de fonction du bâtiment.




Relevé


Levé en plan, en coupe et en élévation d’un terrain ou d’un édifice existant.




Remblai


Terrassement destiné à rapporter des terres pour créer une levée ou combler un fossé, un trou.




Rénovation


Ensemble des travaux tendant à remettre à neuf un bien, impliquant de grosses modifications par rapport à l’état primitif, pouvant aller jusqu’à la démolition partielle ou totale et reconstruction avec modernisation.




Revêtements de sol


Matériau destiné à recouvrir une partie ou la totalité d'un sol. Il peut être d'origine naturelle ou manufacturé. Le parquet et le liège sont fabriqués à partir de bois. Le béton, le marbre et les tomettes à partir de minéraux et granulats. La résine, le sisal, la moquette, le linoléum et le PVC sont quant à eux d'origine textile ou synthétique.




Rez-De-Chaussée - RDC


Niveau placé au ras du sol.




Regard


Ouvrage maçonné rond ou rectangulaire qui se situe au-dessus d'une canalisation et dont le but est de permettre la visite et l'entretien d'une conduite souterraine, d'un aqueduc ou d'un égout.




Regard d'eaux pluviales


Coffre, généralement de forme cubique, scellé en terre et destiné à évacuer ou à récupérer l'eau de pluie.




Réglementation Thermique française - RT 2020


Réglementation qui rassemble plusieurs normes visant à construire des bâtiments à énergie positive et des maisons passives. Concrètement, cela signifie que ces constructions devront produire autant d'énergie qu'elles en consomment.




Revêtements mural


Matériau destiné à recouvrir une partie ou la totalité d'un mur. Il peut être d'origine naturelle ou manufacturé, comme le papier peint, les stickers, les toiles de verre, les tentures murales, la mosaïque, les dalles de liège...




Revêtements de façade


Matériau destiné à recouvrir une partie ou la totalité d'un les murs d'un immeuble ou d'une maison. Ce revêtement peut être en bois, en pierre, ou encore en béton. Soumis à des contraintes importantes telles que les intempéries, les rayons UV ou encore les chocs, les revêtements de façade assurent donc également un grand rôle de protection.




Résistance thermique


Capacité de l’isolant à résister aux écarts de température. Elle est notée R et indiquée pour une épaisseur donnée. C’est le rapport entre l’épaisseur en mètres et la conductivité thermique du matériau, qui donne une valeur en m².k/W. Cette valeur est systématiquement indiquée sur l’emballage de l’isolant.




Ravalement


Rénovation en profondeur destinée à redonner un aspect neuf des façades. Il peut être effectué aussi bien sur les murs extérieurs que sur des dispositifs de fermeture (portes, volets, fenêtres), ou de protection (portails, balcons, etc.). Ce type de travail nécessite des étapes indispensables telles que le nettoyage, le décapage, la réparation et enfin l'embellissement.




Ragréage


Finition d'un parement en béton (voile ou dalle), par bouchage des creux et si nécessaire masquage des défauts tels que les effets de bulles ou encore les nids.




Réservation


Espace laissé vide en prévision de la pose d'un conduit ou d'un équipement.





U

Urbanisme


Champ pluridisciplinaire, dont l’ambition est de traiter, à partir d’un potentiel géographique, l’organisation de l’espace de la ville pour l’efficacité de ses fonctions et le bien-être de ses usagers. Deux approches se côtoient : un urbanisme réglementaire consistant à créer les documents définissant des règles d’occupation du sol, d’aménagement et de construction un urbanisme opérationnel qui aménage les espaces urbains.




Usure à la marche et au Poinçonnement par les objets, le comportement à l'Eau et la résistance aux tâches Chimique - UPEC


Système de classement des revêtements de sol intérieurs et des locaux selon quatre critères : la résistance à l'usure provoquée par la marche, la résistance au poinçonnement, la tenue à l'eau et à l'humidité et, sauf pour les sols textiles, le comportement en présence d'agents chimiques.




Unité de passage


Largeur type utilisée pour dimensionner les circulations et les portes vis-à-vis des risques d'incendie et de panique, correspondant au nombre de personnes devant pouvoir se déplacer de front.





V

Véranda


Galerie vitrée, fermée ou ouverte, en appentis devant une façade.




Vitrage


Elément transparent, qui permet de voir à l’extérieur et de laisser rentrer la lumière. C’est un élément clé pour les performances d’isolation et de sécurité de la fenêtre. Il en existe différents types : double, triple, cintré, feuilleté, … (voir notre article)




Vantail ( des vantaux )


Panneaux mobiles pivotant autour d’un axe vertical (synonyme de battant)




Verrière


Grand pan vitré en toiture et ou façade vitrée entièrement transparente de local vaste.




Vitrage à isolation renforcée


Double vitrage avec fine couche transparente de métal ou d'oxyde en surface intérieure.




Volet


Panneau opaque de fermeture de baie (fenêtre, porte, etc.) posé en intérieur du bâtiment.




Ventilation Mécanique Contrôlée - VMC


Système correspondant à un ensemble de dispositifs destinés à assurer le renouvellement de l'air à l'intérieur des pièces, notamment pour les pièces dites humides ou dans lesquelles peuvent persister des odeurs : salles de bains, toilettes, cuisines, etc. On distingue plusieurs types de VMC : la VMC simple flux (extraction d'air) ; la VMC double flux (extraction et insufflation d'air avec récupération de chaleur) qui est plus chère à l'installation ; la VMC hygro, VMC hygrorégulée ou VMC hygroréglable (gestion hygrométrique par l'intermédiaire d'une sonde) qui peut être simple flux ou double flux.




Vasistas


Petite ouverture ajoutée souvent sur une porte ou sur une fenêtre, et qui permet d'apercevoir l'extérieur sans avoir à ouvrir la totalité de la porte ou de la fenêtre. Le vasistas vient d'une adaptation de la question « was ist das ? », employée par les Allemands postés dans leurs guichets : littéralement « qu'est-ce que c'est ? ».




Vitrifier


Technique qui consiste à recouvrir une surface donnée d'un enduit transparent et imperméable pour la protéger. On emploie généralement le terme « vitrifier » pour la vitrification d'un parquet.




Vide-sanitaire


Espace laissé libre (« vide ») dans une construction, situé entre le terrain et le premier plancher du bâtiment construit.





Z

Zone d'Aménagement Concertée - ZAC


Désigne une zone géographique administrée par une personne publique ayant pour but d'y réaliser des constructions ou des équipements collectifs.




Zinc


Métal blanc-bleu souvent utilisé pour les toitures. Beaucoup d’immeubles parisiens ont des toits en zinc.




Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager - ZPPAUP


Définit les servitudes d’utilité publique pour la sauvegarde et la mise en valeur des paysages bâtis, agricoles ou naturels. Instrument de connaissance et de compréhension du patrimoine, ce dispositif partenarial (entre la commune et l’État, représenté par l’Architecte des Bâtiments de France*) conduit à un document contractuel de référence et d’aide à la décision.





Depuis 2016, Adekwat Architecture mène des projets de construction et de rénovation pour des acteurs publics et privés à Toulouse et dans toute l'Occitanie.

Adekwat® Architecture

32 rue Riquet 31000 Toulouse

contact@adekwat-architecture.com

Tél : 05 31 98 07 37

Parcourir

DÉCOUVRIR

Au delà du mur

  • Gris Facebook Icône
  • Gris LinkedIn Icône
  • Gris Icône Instagram

© 2020 Adekwat Architecture - Mentions Légales | 

architecte-toulouse